Show simple item record

dc.creatorMedina, Lucile
dc.creatorRodríguez Echavarría, Tania
dc.date.accessioned2019-03-13T15:29:44Z
dc.date.available2019-03-13T15:29:44Z
dc.date.issued2014-05-26
dc.identifier.citationhttps://www.dykinson.com/libros/conflictos-y-cicatrices-fronteras-y-migraciones-en-el-mundo-hispanico/9788490850909/es_ES
dc.identifier.isbn978-84-9085-090-9
dc.identifier.isbn978-84-9085-176-0
dc.identifier.urihttps://hdl.handle.net/10669/76720
dc.description.abstractLa frontière qui sépare le Nicaragua et le Costa Rica s’inscrit comme la plus confl ictuelle de la région centraméricaine. C’est une frontière qui illustre bien l’ambivalence quasi consubstantielle de la notion de frontière : frontière poreuse traversée par d’intenses circulations informelles et peuplée de part et d’autres de familles liées, toutefois objet d’un différend séculaire qui oppose les deux Etats limitrophes sur son tracé, et qui a rebondi ces dernières années, manifestant l’entrée dans une nouvelle spirale de confl its diplomatiques et l’impossibilité de règlement à l’amiable par les deux parties. La frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica est donc autant une ligne de contact tendu que le coeur d’un espace de vie transfrontalier. Pour comprendre cette dimension confl ictive, l’analyse des représentations liées à cette frontière constitue un apport indéniable. L’intérêt des géographes pour la notion de représentation est désormais bien établi. Les représentations conditionnent notre rapport au réel et donc au monde, à l’espace et à l’identité et, comprises comme un rapport à la fois personnel et social au monde, elles sont donc au coeur de la construction des territorialités, renvoyant ainsi à l’idée qu’il ne peut exister de défi nition objective de l’espace. Parmi les chercheurs qui ont participé à saisir les représentations spatiales et territoriales des individus et des sociétés, on peut citer dès les années 1970 Armand Frémont (1976) et Antoine Bailly (1977), et plus récemment Frédéric Lasserre (2003) ou encore Bernard Debarbieux et Gilles Duraz (2010). Plus directement encore pour le thème qui nous intéresse, la thèse d’habilitation de Patrick Picouet (Frontières, images et territorialités, 2008) est une référence incontournable pour la compréhension des territorialités frontalières, comprises par l’auteur comme un rapport à la fois personnel et social au monde et participant conjointement de l’idéologie et des pratiques. Pour reprendre les termes d’Antoine Bailly dans la notice « Représentation (géographie) » de l’Encyclopaedia Universalis, « la représentation permet destructurer mentalement l’espace pour le pratiquer en fonction de nos valeurs et de nos objectifs ». Pour l’auteur, la géographie n’échappe donc pas au monde des représentations. cette approche permet aussi de réinterroger la notion de distance en géographie, notamment sur les zones de frontières. Par la discontinuité qu’elle traduit souvent et par les dispositifs qui la caractérisent, la frontière met en effet « de la distance dans la proximité » (Arbaret-Schultz et al., 2004). Sur la frontière dont il est question ici, à la fois objet de confl it interétatique mais aussi lieu et lien de proximité entre populations frontalières, il est intéressant de voir comment les représentations individuelles mais aussi construites collectivement, jouent sur le rebondissement du confl it et l’alimentent, mais aussi comment à l’inverse le confl it frontalier impacte les représentations et participe à les faire évoluer. Nous reviendrons dans un premier temps sur la profondeur du confl it (I), avant d’analyser ses plus récentes expressions (II). Dans un troisième temps, nous analyserons les conséquences de l’infl ation récente du confl it frontalier sur les représentations mais tout autant le désir des acteurs locaux de vivre et faire vivre une frontière qui leur est familière (III).es_ES
dc.language.isofres_ES
dc.rightsAttribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 Internacional*
dc.rights.urihttp://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/*
dc.sourceIn: Conflictos y cicatrices: fronteras y migraciones en el mundo hispánico. Almudena Delgado Larios (coord.). España: Dykinson. pp. 437-454.es_ES
dc.subjectFronterases_ES
dc.subjectConflictoses_ES
dc.subjectAmbientees_ES
dc.subjectCosta Ricaes_ES
dc.subjectNicaraguaes_ES
dc.subject972.8 América Centrales_ES
dc.titleLa frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica: ambivalence et complexité des représentations sur une frontière objet de passionses_ES
dc.typecapítulo de libroes_ES
dc.description.procedenceUCR::Vicerrectoría de Docencia::Ciencias Sociales::Facultad de Ciencias Sociales::Escuela de Ciencias Políticases_ES


Files in this item

Thumbnail
Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record

Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 Internacional
Except where otherwise noted, this item's license is described as Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 Internacional